Il est vrai qu’accueillir un élève étranger est une expérience merveilleuse, inoubliable et qu’elle contribue à la promotion de la paix et à une meilleure compréhension entre les peuples. Cependant, il faut aussi savoir que l’expérience est parsemée de défis à relever. Après tout, c’est bel et bien un adolescent que vous allez recevoir! Et en plus de tous les changements et les remises en questions qui accompagnent normalement cette période de la vie, le jeune sera projeté dans un nouvel environnement et contraint de s’adapter à un autre mode de vie et de pensée.

Que demande-t-on à nos familles d'accueil?

Partager le mode de vie

Les élèves choisissent de passer une année au Canada pour apprendre et vivre la culture et le mode de vie. Les familles doivent donc être disponibles pour partager leurs valeurs et leurs façons de voir le monde au quotidien. L’élève ne sera pas toujours d’accord avec vos perceptions ou vos idées! Il ne faut pas s’en offusquer, mais en profiter pour apprendre vous aussi sur les différences culturelles.

Fournir gîte et nourriture dans un environnement sécuritaire

La famille d’accueil doit fournir un gîte sécuritaire et salubre, ainsi que la nourriture quotidienne. Cependant, elle ne doit pas servir uniquement d’auberge : le participant accueilli doit sentir qu’il fait partie de la famille, avec les mêmes droits et responsabilités que les autres enfants de la famille de même âge et de même sexe.

Soutenir et conseiller

En plus d’offrir de quoi manger et se loger, la famille d’accueil devient le premier point de repère du participant et
– Offre de l’encadrement et une disponibilité raisonnable;
– Communique les règles de la maison au jeune;
– Aide le jeune à apprendre la langue en lui parlant toujours en français;
– Soutient l’élève dans son intégration à l’école et dans la communauté et établit un lien significatif et harmonieux avec lui;
– Collabore avec AFS pour faire respecter ses normes et standards et notamment à favoriser un contact mensuel avec le conseiller AFS;
– Participe aux activités obligatoires d’AFS (orientation d’arrivée, d’automne, de mi-année et de fin d’année).

Responsabilités financières

La famille d’accueil est financièrement responsable de :
– Le gîte et le couvert
– Les « multiples petites choses » qui agrémentent la vie familiale (fête d’anniversaire, repas spéciaux, souvenirs, etc.)
– Les sorties familiales (promenades, voyages, vacances, spectacles) : repas, frais de déplacement et de loisirs dans des limites raisonnables (dans le cas de voyages entraînant d’importantes dépenses, la participation financière de l’élève peut être demandée)
– Les dîners à l’école (la famille peut payer le repas ou demander au jeune d’en apporter un, selon les habitudes familiales).
AFS Interculture Canada rembourse uniquement les frais d’inscription scolaire obligatoires, les coûts des manuels scolaires non remboursés à la fin de l’année par l’école, et les frais de transport scolaire (un aller-retour quotidien) obligatoires. Il est important de conserver tous les reçus des frais énumérés ci-dessus, car nous ne pourrons procéder au remboursement sans les preuves de paiement originales.

Responsabilités et rôle de l'élève AFS

Voici la responsabilité qu’on donne aux élèves dans leur guide « Welcome to Canada »:

Ta responsabilité :
« Par le biais d’échanges internationaux, le réseau AFS veut promouvoir une plus grande compréhension entre les peuples et ainsi contribuer à la paix mondiale. » Telle est la raison d’être d’AFS. Telle devra être une de tes principales motivations cette année. Ton année d’immersion dans un autre pays et une autre culture n’est pas seulement une expérience enrichissante pour toi, mais aussi une contribution importante à la compréhension entre les peuples. Alors, n’oublie pas ce grand défi auquel participe tout élève AFS!

Plus concrètement un participant AFS doit:

– Aller à l’école de façon assidue;
– S’efforcer d’assurer son intégration;
– Respecter les consignes, les règles de sa famille d’accueil, et les règles AFS;
– S’efforcer d’apprendre la langue de la communauté d’accueil;
– Communiquer avec sa famille d’accueil;
– Maintenir un contact mensuel avec son conseiller;
– Informer en tout temps AFS des absences de sa famille d’accueil (voyage);
– S’abstenir de pratiquer des sports ou des activités à risque sans l’approbation d’AFS et de ses parents naturels;
– Avoir en tout temps avec lui la carte d’assurance AFS.

Quel est le rôle du participant?

AFS place ses participants en familles d’accueil puisque d’une part, la famille est le véhicule privilégié de la culture et permet un apprentissage maximal de la langue, des coutumes et des valeurs d’un peuple; et d’autre part, puisque la famille peut offrir son soutien et ses conseils à l’élève qui se retrouve soudainement sans ses repères habituels dans un nouvel environnement.

Mais quel rôle doit prendre l’élève dans sa famille d’accueil ? Étant donné que c’est souvent la première fois qu’ils vivent une telle expérience, les participants AFS ne savent pas quelle place ils doivent occuper et prennent donc un rôle qui leur est familier.

Voici des exemples de rôles que l’élève ne doit pas prendre :

Même si les premiers jours, la famille d’accueil aura tendance à préparer des repas spéciaux, à faire visiter les attraits touristiques et à traiter l’élève aux petits oignons, il n’est pas possible de maintenir ces comportements tout au long d’une année. Cela deviendrait lourd pour vous et serait perçu comme injuste par les autres enfants de la famille.

Alors, l’élève est-il un membre de la famille ?

Oui, le jeune que vous accueillez devrait devenir un membre de la famille à part entière, c’est- à-dire partager avec vous les joies et les peines, respecter les règles et participer aux tâches quotidiennes. Comme vos propres enfants, l’élève apprendra avec vous, il cherchera à vous parler de lui, de ses activités à l’école, de ses amis, mais aussi de son pays et de sa culture. AFS encourage les participants à exprimer à leur famille d’accueil leurs besoins, leurs souhaits, leurs peurs, leurs doutes et même leurs insatisfactions, sans toutefois oublier d’exprimer leur gratitude.

N’oubliez pas que… L’élève que vous accueillerez est aussi un adolescent!
Même s’il fait de son mieux pour s’adapter et n’a que de bonnes intentions, il fera sûrement des erreurs et agira parfois de façon incompréhensible pour vous.

Étant déraciné de son environnement, il n’aura plus ses points de repère et ses sources d’affection habituelles. Votre jeune se sentira moins habile socialement et intellectuellement, ce qui pourrait le rendre plus instable émotionnellement. C’est normal. Le but d’une telle expérience d’échange est d’apprendre et d’évoluer. S’il savait déjà comment se comporter dans toutes les situations rencontrées, il n’y aurait pas d’apprentissage. Il faut donc être indulgent, surtout lors des premiers mois!

Ce n’est pas parce qu’on a répété quelque chose une ou deux fois qu’il faut prendre pour acquis que l’élève a bien compris ou assimilé l’information. Rappelez-vous qu’il doit apprendre à la fois une nouvelle langue et une nouvelle culture. Donc, si l’élève ne semble pas suivre les instructions que vous lui avez données, asseyez-vous avec lui et définissez un cadre clair en lui demandant de temps à autre de reformuler ce que vous avez dit pour vous assurer qu’il a compris. Vous pourriez être surpris de voir comment il avait interprété l’information qui vous semblait pourtant si évidente !

Responsabilités financières du participant

Les élèves sont financièrement responsables de :

  • Vêtements
  • Cosmétiques et effets personnels
  • Loisirs et sports
  • Voyages sans la famille d’accueil
  • Articles scolaires non remboursables (Les fournitures scolaires (stylos, cahiers, calculatrice, dictionnaires, cartables, cadenas, etc.), les livres remboursés à la fin de l’année, les uniformes, les équipements sportifs, le matériel artistique et les instruments de musique, le transport pour aller dîner à la maison , la carte d’identité, si celle-ci n’est pas obligatoire
  • Les activités parascolaires et optionnelles
  • Les photographies de fin d’année et les dépenses reliées au bal des finissants.

L’élève AFS peut s’ouvrir un compte dans une institution financière locale. Il est responsable de la gestion de son budget; les parents d’accueil peuvent occasionnellement lui donner un coup de main, avec discrétion.

Situations sociales délicates

Autorisation des parents naturels La responsabilité peut parfois sembler lourde quand il s’agit de participer à des activités comportant certains risques (chasse, alpinisme, deltaplane, parachutisme, covoiturage sur de longues distances, plongée sous-marine, bungee, sport de compétition, course autre qu’à pied, avion privé, etc.); une autorisation écrite de ses parents naturels peut être demandée. Un formulaire spécifique est requis, il s’agit d’en faire la demande au bureau AFS.

michal-biernat-NousIKwI_rI-unsplash

Communication avec la famille naturelle

Communication entre le jeune et sa famille naturelle ou ses amis Il est fortement conseillé de limiter les contacts (téléphone, courriel, chat) avec les membres de la culture d’origine du jeune à une fois par semaine. Si les parents d’accueil jugent que la fréquence des appels ou des messages électroniques est exagérée ou qu’ils perturbent l’élève, ils devraient en parler avec lui puis avec le conseiller au besoin pour établir une fréquence raisonnable.

Communication entre la famille d’accueil et la famille naturelle Les parents d’accueil peuvent occasionnellement correspondre avec la famille naturelle (leur élève servant de traducteur!) : non pas pour leur demander des conseils, mais pour leur parler de leur enfant et s’intéresser à sa famille naturelle. C’est un petit geste qui les rassure et leur fait habituellement plaisir.

Difficultés et changement de famille

Si une difficulté importante persistait à l’école ou dans la famille, l’élève et la famille doivent faire appel à leur conseiller pour aider à clarifier la situation et rétablir une bonne communication. Si, malgré son intervention, la difficulté persiste, le conseiller examine alors avec eux la pertinence d’un changement de famille; c’est lui (et non l’élève) qui finalise la décision avec un responsable du comité local et en informe le bureau AFS. À moins de contre-indications, l’élève est replacé par le comité local dans la même communauté et maintenu dans la même école, si cela est possible. Il est important de savoir que trouver une nouvelle famille d’accueil peut prendre plusieurs semaines.

Explications : Le changement de famille est une solution de dernier recours dans lequel on ne s’engage pas sans raison très importante, ni sans avoir exigé des efforts mutuels d’adaptation. L’expérience interculturelle ne doit cependant pas devenir pour le jeune et sa famille une épreuve d’endurance. Il arrive que les personnes concernées aient des attentes et des besoins différents auxquels la courte durée de l’expérience ne permet pas de répondre de façon satisfaisante: on ne devrait donc pas parler d’échec. Le conseiller doit d’ailleurs aider l’élève et sa famille d’accueil à surmonter toute sensation d’échec ou de culpabilité et les aider à s’adapter à la nouvelle situation. Il arrive même qu’après un changement de famille, les relations deviennent amicales entre l’élève et sa première famille d’accueil.