Les étapes de l’adaptation d’un élève en échange interculturel. Ces étapes peuvent varier d’un élève à l’autre,
Tiré de « The Exchange Student Survival Kit » (B. Hansel, Intercultural Press 2007)

* Explication du graphique:

À la suite d’observations faites depuis quelques années, une constance a été remarquée dans les étapes d’adaptation de chaque étudiant participant à un programme AFS. Le cycle d’adaptation de l’étudiant AFS peut varier d’un individu à l’autre, mais il se dessine généralement comme suit:

Première étape:
Lors de ton inscription, tu éprouves déjà de l’appréhension causée à la fois par le processus de sélection et la possibilité d’essuyer un refus. Cette appréhension est suivie d’un sentiment d’exaltation au moment où tu apprends que tu es accepté par un pays d’accueil. À cette étape-ci, tu anticipes l’existence de différences culturelles, mais tu ne peux pas réellement imaginer les difficultés d’ajustement auxquelles tu auras à faire face.

Deuxième étape:
Peu après ton arrivée dans le pays d’accueil, tu fais face au choc culturel : plusieurs sinon presque toutes les structures sociales (école, famille, vie communautaire, etc.) diffèrent de celle que tu connais. Par exemple, tu te demandes comment communiquer avec les gens, ou encore, quelle attitude prendre avec les personnes de l’autre sexe dans une société n’ayant pas les mêmes valeurs. Au fur et à mesure que tu maîtrises la langue et que tu t’habitues aux coutumes, tu deviens de plus en plus autonome et ton sentiment d’isolement s’efface pour faire place à celui d’appartenance: c’est ce qu’on peut l’étape de l’adaptation superficielle.

Troisième étape:
Trois ou quatre mois plus tard, tu es intégré dans le milieu scolaire et parles la langue couramment. C’est à ce moment que tu es capable d’examiner plus attentivement la société dans laquelle tu vis. Les différences profondes entre toi et les autres deviennent plus apparentes. Cette étape est caractérisée par des sentiments d’ennui, de frustration et d’isolement. Il t’arrive parfois de te plaindre de ne pas avoir d’amis. L’école, les activités parascolaires ou quotidiennes te semblent dénuées d’intérêt.

Quatrième étape:
Un sentiment de tristesse mêlé de crainte survient au moment où tu vois la fin de ton année approcher (adaptation profonde et appréhension du retour). Tu appréhendes le retour chez toi. À ce moment-là tu réalises combien tu as changé et te rends compte à quel point tu es attaché aux gens qui t’entourent; tu te sens coupable de ne pas avoir envie de rentrer chez toi.

Dès ton retour dans ta famille naturelle, ou peu après, tu subis un autre choc: celui de constater ce que tu es une personne complètement différente de celle qui est partie un an auparavant. Tu peux te sentir un peu seul, car tu es encore imprégné de ton expérience AFS et les gens autour de toi ne manifestent pas autant d’intérêt. À cette dernière étape, tu te rends compte que ton niveau de compréhension des deux cultures que tu confrontes a évolué et tu entres alors dans le processus de réadaptation à ta culture d’origine.

Il ne faut pas oublier que tes parents naturels vivront aussi leur propre cycle d’adaptation. On peut distinguer différentes étapes:

  • La fierté que tu aies été sélectionné
  • L’appréhension de ton départ
  • La peur d’un changement dans leur relation avec toi
  • L’excitation à l’approche de ton retour
  • Le choc (ou la déception) en voyant le changement et le degré de maturité que tu as acquis
  • La fierté de constater que cette expérience personnelle a été positive et enrichissante pour toi.