Le conseiller AFS doit faire preuve de bon sens, d’objectivité et d’empathie. Le rôle de conseiller donne aussi l’occasion d’en apprendre beaucoup sur soi-même et apporte de nombreuses satisfactions.

 Favoriser la communication entre la famille et le participant AFS
Aider le participant et la famille à formuler ce qu’ils attendent et retirent de l’expérience AFS et à en discuter.

Fournir des renseignements et des ressources
Il se peut que les participants et leurs familles aient besoin de certains renseignements supplémentaires sur les politiques, règlements et procédures d’AFS . De plus, le partage des expériences interpersonnelles et interculturelles permet de comprendre que d’autres familles et d’autres élèves ont suivi le même chemin et ont réussi. Tout renseignement concernant la progression normale de telles expériences peut aider à établir un parallèle rassurant.

Assister le participant et la famille d’accueil dans leur adaptation
La plupart des participants sont ouverts d’esprit, stables et s’adaptent remarquablement bien. Les difficultés rencontrées sont normales, généralement mineures, et ne durent pas longtemps. Il arrive que la famille et le participant souffrent d’une difficulté de communication, qu’ils se sentent coupables d’en vouloir à l’autre, ou bien qu’ils se sentent seuls ou déçus du fait de ne pas voir leurs attentes se réaliser. Ces moments de découragement font partie du cycle d’adaptation. La principale responsabilité du conseiller est de se mettre à la disposition du participant et de la famille et de les aider à se comprendre afin d’éviter que tout malentendu ne devienne plus sérieux.

Guider et superviser
Le conseiller doit, à intervalles réguliers, se faire une idée de l’expérience que vit le participant et de la relation qu’il a avec sa famille d’accueil, son milieu scolaire et la communauté qui l’entoure. Il doit communiquer régulièrement avec le responsable local des conseillers qui lui, communiquera à son tour avec la coordonnatrice à l’accueille du bureau d’AFS afin de lui transmettre les informations pertinentes concernant le participant et la situation familiale (compléter les rapports mensuels en ligne). Il doit également avertir le responsable des conseillers sans délai si des problèmes sérieux se manifestent. S’il n’y a pas de responsable local des conseillers dans sa région, le conseiller doit communiquer directement avec les employés désignés au bureau d’AFS .

Le rôle du conseiller AFS n’est pas :
De se tenir responsable d’une thérapie personnelle de la famille ou du participant, ni de prendre des responsabilités dans des situations qui sortent de la « normale » ;
De décider à la place de la famille ou du participant ce qu’est une « bonne » expérience AFS, ou s’ils en vivent une.


L’intervention du conseiller AFS

La relation entre le participant et la nouvelle culture

Le conseiller AFS peut apporter une aide énorme aux familles et aux participants en mettant en évidence les différences culturelles qui ne sont pas manifestes, ainsi qu’en fournissant des renseignements sur les difficultés d’adaptation culturelle.

La relation entre la famille et le participant

En s’acquittant consciencieusement de ses quatre tâches principales, le conseiller AFS aide la famille et le participant à s’ajuster et à vivre une expérience positive.

Le participant face à lui-même

Certains des problèmes auxquels les conseillers AFS seront confrontés durant cette expérience sont liés à des questions personnelles que les participants se posent sur eux-mêmes et sur l’expérience qu’ils sont en train de vivre. Pour la plupart des conseillers, c’est là un défi intéressant à relever et une expérience des plus gratifiantes.